Filtrez nos solutions par catégories :

Retour aux solutions ville-durable

El Menéa, une ville moderne et durable dans une palmeraie en plein milieu du désert

Le Gouvernement algérien, conscient du phénomène d’exode rural et constatant l’accroissement anarchique des bidonvilles d’Alger et Constantine, a lancé d’importantes opérations de résorption de l’habitat précaire et de nombreux projets de villes nouvelles. Une ville moderne et durable dans une palmeraie en plein milieu du désert qui répondrait à ce problème crucial de logement : c’est le défi qu’a relevé Egis qui a  finalisé les études du plan d’aménagement de la ville nouvelle d’El Ménéa, à 270km au sud de Ghardaïa.

image du Master plan de la Ville Nouvelle d'El Ménéa, Algérie

Le choix du site de la ville nouvelle repose sur des critères avantageux, de par sa proximité du chef-lieu de la daïra et sur la RN-1 (transsaharienne), sa proximité des infrastructures de viabilité (eau, électricité, gaz), la présence sur le site de matériaux locaux de construction, et l’existence d’une zone d’activité et d’une zone agricole près du site.  Cette ville, qui s’étendra sur un plateau, s’intègre parfaitement dans le schéma directeur d’aménagement urbain de l’ancienne ville d’El Menea, en préservant la palmeraie et la nappe phréatique de la région

Selon les responsables de la wilaya, les travaux de construction de la nouvelle ville combleront les besoins pressants d’une forte demande en logements et également en postes de travail pour les jeunes de la région.

Quelque 5000 à 6000 emplois temporaires et permanents seront créés dans le secteur du bâtiment et travaux publics (BTP) ainsi que dans celui des services,  des travaux de réhabilitation de l’ancienne palmeraie d’El Menea et de son réseau d’irrigation seront également entamés pour préserver le patrimoine phoénicicole de la région dont la position de pôle d’excellence touristique se verra confortée davantage.

Le challenge consiste à faire émerger une ville fertile, mobile et habitée sur un site peu hospitalier : une hamada pierreuse, entre désert et oasis, où la gestion de l’eau est déterminante.
La ville bénéficiera de constructions contemporaines durables dont les techniques seront inspirées de l’architecture bioclimatique adaptées aux milieux désertiques. A l’horizon 2020, à 10km au nord de l’actuelle El Ménéa, la nouvelle ville devrait accueillir sur 1000 hectares toutes le commodités d’une agglomération moderne à vocation touristique et agricole, respectueuse de l’environnement.