Filtrez nos solutions par catégories :

Retour aux solutions energie-climat

Étude stratégique : PARIS change d’ère : vers la neutralité carbone en 2050

Les villes qui aspirent à la neutralité carbone reconnaissent que pour prévenir les pires effets du changement climatique, il faudra réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 80% d’ici 2050. Parce que les zones urbaines représentent près des trois quarts des émissions de l’humanité, l’atteinte de cet objectif dépendra en grande partie de notre capacité à ré-imaginer et réinventer les villes de manière à promouvoir la prospérité économique, l’équité sociale, la qualité de vie, et la résilience climatique.

Pionnière, la Ville de Paris a lancé, en prévision de la future révision de son Plan Climat, une étude stratégique pour la réalisation d’une vision décarbonée de Paris à cette échéance.

copyright Diane BergLe groupement Elioth, entité d’Egis spécialisée en R&D et en maîtrise d’œuvre d’innovation bas carbone (mandataire), associant Quattrolibri[1], les équipes Conseil d’Egis, et Mana[2] l’a assisté dans cette réflexion, permettant ainsi à la Ville de Paris de disposer d’une vision extérieure, indépendante et impartiale des problématiques à prendre en considération.

Les mesures proposées par le groupement doivent permettre d’ouvrir le débat pour une transition vers une ville bas carbone et donner une vision partagée par l’ensemble de ses habitants.

Cette stratégie de neutralité carbone a nécessité un travail technique et scientifique pointu pour objectiver tant les trajectoires d’atténuation par enjeux, que la modélisation des évolutions de la compensation et de la séquestration des émissions résiduelles. Les grands objectifs visés sont les suivants :

Transports et Fret : réduction de -75 % des émissions dont -85 % pour la mobilité personnelle

Consommation : réduction de -70 % des émissions qui passe par l’alimentation, les biens et les déchets

Bâtiments : réduction de -75 % des émissions dont -80% pour les logements

Énergie : une solarisation massive intra-muros mais aussi en dehors du territoire parisien

 

Pour y parvenir, le groupement a proposé la mise en œuvre de mesures emblématiques, parmi lesquelles :

  • 6 millions de m² de toitures solaires
  • Rénovation jusqu’à 75 % du parc de logements actuels
  • 150 hectares d’agriculture urbaine
  • 75 % de demitariens (ou flexitariens) en 2050 (régimes alimentaires à teneur réduite en sources animales, privilégiant le « végétarien, le local, en saison ».)
  • Division par 2 des déchets par habitant
  • 2 fois moins de voitures, et 2 fois plus remplies, en mode partagé
  • Un passage massif aux voitures électriques
  • 52 weekends sans voiture par an en 2050
  • Transformation du périphérique en boulevard urbain
  • 5 fois plus de fret passant par la Seine

 

La conclusion du groupement est univoque : la perspective d’atteindre la neutralité carbone est à la portée de la Ville de Paris. Cette perspective justifie toute l’énergie, la vitalité de ses recommandations, mais aussi la radicalité de certaines d’entre elles.

POUR EN SAVOIR PLUS : Le site web dédié, l’étude complète (370 P), les Conclusions de l’étude (2P.), le point de vue des experts – Verbatim (24 P)

[1] Quattrobibri 

[2] Mana